Cartographie des risques ? Audit contrôles ? Indicateurs ?

Autant de paramètres qu’un responsable QHSE analyse quotidiennement pour piloter son processus. Chacune de ces données proviennent du Système d’Information de l’entreprise, composé de différents logiciels qui pour autant qu’ils soient indispensables pour chacun des secteurs d’activité (comptabilité, RH, CRM, ERP….) ne sont pas le plus souvent inter-communicants.
  
Alors pour le RAQ, commence une savante alchimie pour en extraire des données et distiller des rapports à la demande des directions des services concernés. Tâche répétitive et chronophage pourtant incontournable pour un management réactif et d’anticipation.

Parmi ces attentes, la gestion des risques, des non-conformités, fait partie des priorités compte-tenu des enjeux socio-économiques de l’entreprise et de ses dirigeants.

[Rappelons la législation sur les risques professionnels, relevée malheureusement par les accidents dont la presse fait écho et la réalité de la responsabilité pénale de l’employeur dans l’obligation de produire le Document Unique et sa réactualisation annuelle.]

A priori du constat d’incident, un certain nombre d’évènements appelés « sentinelles » permettent d’identifier des situations à risques avérés ou de presque incident qui devraient prévenir ou alerter, évitant le constat à posteriori ouvrant à réparation. Ce sont ces évènements sentinelles que traquent les gestionnaires de risques.
Si le support déclaratif est en place, dans la majorité des cas, leur multiplicité en rend la surveillance délicate, la vision globale à l’échelle de l’entreprise souvent impossible (multi site, multi entité...) et rarement en temps réel. Ce dont a besoin le RAQ c’est d’un outil cartographique de consolidation des données issues des circuits déclaratifs, associé à une analyse de criticité permettant de qualifier l’évènement.

Cet outil doit de plus, offrir une double vision : globale et macroscopique des risques associés aux différents macro-processus, fine et ciblée par évènement ou déclaration : par site, par entité…


C’est de cet outil cartographique QHSE que le RAQ pourra :
  • Présenter des tableaux de bords alimentés en temps réel, par les applications QHSE et, via des API en Web Service (depuis vos automates, machines outils, Véhicules, Smartphones, Tablettes) et vos logiciels (CRM, ERP, SIRH…) autres logiciels de l’entreprise.
  • Zoomer sur un élément de la cartographie pour en suivre les indicateurs associés
  • Suivre le plan d’action global et évaluer l’efficacité des actions mises en œuvre rejoignant ainsi les obligations de la certification.

Ces informations font bien partie du capital culturel, interne aux entreprises, sachons la valoriser !

> Plus d'informations sur la cartographie des risques


A propos de l'auteur :
Hughes SCIARD
Directeur Conseil, Qualité, Réglementaire et Environnement

Biologiste - Ancien praticien hospitalier



pub_blog_qhse


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire