Le froid et le mistral se sont invités dans la surveillance et la gestion prévisionnelle des sécurités des établissements de Santé

Soumis aux aléas climatiques de cet hiver, le CH d’Avignon s’est vu contraindre à réduire son activité chirurgicale par le dysfonctionnement lié au froid de plusieurs centrales de traitement de l’air nécessaires à la ventilation des blocs opératoires. 

En dehors des coûts financiers de cet incident, de l’attente des patients « programmés », de la charge de travail pour les personnels de bloc afin de réorganiser les plannings, il convient d’intégrer ces risques dans la gestion des sécurités et des programmes de gestion prévisionnelle des maintenances.

Cet exemple, même s’il revêt un caractère exceptionnel montre combien un simple aléa climatique peut mettre en défaut une organisation pourtant vigilante dans les secteurs hautement spécialisés des blocs opératoires et des stérilisations centrales.

La recherche des points de faiblesses pouvant entraîner des défaillances fonctionnelles ou organisationnelles sont des outils que la qualité doit pouvoir porter à la connaissance de l’ensemble des secteurs d’activité (HACCP,  ALARM,  5s…) faisant de chaque professionnel un acteur attentif et averti dans la gestion prévisionnelle des risques.

> Guide Démarche Qualité et Gestion des Risques dans les établissements de santé


Crédit Photo : © Tyler Olson - Fotolia.com

A propos de l'auteur :
Hughes SCIARD
Directeur Conseil, Qualité, Réglementaire et Environnement

Biologiste - Ancien praticien hospitalier




pub_blog_qhse

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire