Analyse des pratiques concourant à la bientraitance dans les établissements pour personnes âgées dépendantes

La bientraitance est l’une des dimensions essentielles de la qualité de l’accompagnement des personnes âgées. Elle vise à établir entre le professionnel et le résident une relation respectueuse des droits des personnes accueillies, favorisant la prise en compte individualisée de toutes les dimensions de l’accompagnement (dimension médicale, psychologique et sociale).
La bientraitance vise donc à la fois à améliorer la professionnalisation et la qualification des intervenants, à optimiser les ressources internes et externes, à améliorer l’organisation (systèmes d’information) et le management, l’ensemble devant permettre la mise en œuvre d’un accompagnement individuel optimisant la prévention et respectant les droits de la personne.

L'étude de l'ANESM montre qu'il reste encore du travail à effectuer en France :
- Six EHPAD sur dix ne recueillent pas l’accord du résident et n’accompagnent pas une absence d’accord formel du résident de façon systématique...
- Le temps d’observation n’est pas mis en œuvre de manière systématique ...
- L'Evaluation systématique des risques (chutes, iatrogénie, dénutrition, déshydratation, escarres, douleur...) et fragilités (troubles cognitifs, isolement social, fin de vie...) spécifiques et individuels n’est réalisée que dans 66% des cas ...

lire l'intégralité de l'étude nationale sur les pratiques concourant à la bientraitance publiée le 2 mars 2010 par l’ANESM (Agence nationale de l’évaluation et de la qualité des établissements et services sociaux et médico-sociaux) : http://www.anesm.sante.gouv.fr/IMG/pdf/bientraitance_rapport_national_anesm.pdf

2 commentaires:

  1. Je pense également qu’une gestion de la qualité et des risques réussie apporte des bénéfices en matière de bientraitance.

    A mon avis, le management de la qualité, même hors obligations réglementaires, est une solution qui répond à de vraies problématiques organisationnelles et de prise en compte des exigences et des attentes légitimes des résidents et des familles.

    De plus, la démarche qualité et de gestion des risques s’inscrit tout à fait dans une politique de maîtrise des côuts car, si elle demande un surcroît de travail au départ, l’identification des points d’amélioration conduit rapidement à ce qu’elle devienne une source d’économies.

    Amélioration de la communication, organisation des flux d’information permettant d’améliorer la sécurité et le confort des résidents, anticipation des accidents et des erreurs, optimisation des ressources… Il existe aujoud'hui des solutions qui permettent aux EHPAD de structurer leur gestion de la qualité, de l’hygiène et des sécurités avec des outils de pilotage et d’analyse performants.

    Il me semble que les réponses doivent associer des solutions informatiques simples associées à des prestations d'accompagnement et conseil offrant aux établissements de retraite de véritables solutions et de faire cohabiter mission de soins, démarche qualité et bien-être des résidents.

    Jean Marc BRIAND, Président de BlueKanGo

    RépondreSupprimer
  2. Pour avoir vu ce milieu de près, c'est vrai qu'il y a encore des efforts à faire dans ce secteur. Mais une fois de plus c'est une question de personne et aussi de budget. Je suis tout à fait d'accord avec vous sur la démarche qualité et de gestion des risques. La gérance de tels établissements ne s'improvisent pas et un manque de qualification peut avoir des conséquences sur le bien être des résidents. Il reste encore du chemin à parcourir. Espérons que cela s'arrangera dans les années à venir.

    RépondreSupprimer